disco rock
Si LCD Soundsystem et The Rapture avaient eu un enfant il se serait appelé Keg

Le rock anglais vit plus qu’un renouveau : une renaissance. Chaque jour voit fleurir un groupe d’une totale liberté créatrice. Et si Brighton a pu nous offrir Squid ou Porridge Radio, les nouveaux venus se nomment KEG. D’emblée, on comprend qu’ils ne sont pas comme les autres. Car ils sont pas moins de sept musiciens, dont un trombone, aux goûts embrassant free jazz, hip-hop et new wave. Sur la base d’un post-punk aussi dément que groovy façon Devo, chaque titre peut tout à coup prendre un virage à 180 degrés vers des rivages atmosphériques. À la folie du monde, ils répondent par un éclat de rire, suivi d’un riff ravageur.